Depuis 2019, le Monumental Tour allie musique électro, histoire et architecture, en proposant des sets inédits dans des lieux exceptionnels. Cette année, le Monumental Tour entame son grand retour depuis le Phare des Baleines, à la pointe de l’île de Ré. Michaël Canitrot, le DJ à l’initiative de cette tournée, dévoile pour Territoire d’émotions le show à venir.

 

Michaël, vous allez vous produire en juillet au Phare des Baleines. Ce sera votre premier concert de cette année particulière ?

Oui, c’est la première fois que je vais me produire en 2021 et j’en suis très heureux, c’est une très bonne chose. Il était plus que temps de pouvoir retrouver les platines, d’enfin pouvoir jouer et de s’exprimer dans de grands espaces, et plus seulement en studio. Le Monumental Tour va proposer cette année une série de quatre dates, ça fait vraiment du bien de pouvoir se projeter. Cette tournée sera principalement digitale mais on espère qu’on pourra recevoir du public sur certaines dates, en fonction des configurations et dans le respect des mesures sanitaires. Dans tous les cas, l’expérience de l’an dernier, où nous avions produit un show 100 % en streaming depuis le Château de Vincennes, permettra au plus grand nombre de pouvoir suivre en Live Stream chacun des concerts et parfois même au-delà de nos frontières.

 

D’un point de vue artistique, comment vit-on la période que l’on vient de traverser ?

Du seul point de vue artistique, ce break forcé a pu avoir du bon : par la force des choses, j’ai soudain disposé de plus de temps, ce qui est plutôt rare. Je vis habituellement sur un rythme assez effréné, en me produisant dans de très nombreuses villes, dans plusieurs pays. Le fait d’être obligé de faire une pause m’a permis de me focaliser sur le travail de compo et le travail en studio. Le confinement a au moins permis ça…

 

Vous êtes à l’initiative du Monumental Tour, d’où vient ce projet ?

Le Monumental Tour, c’est la réunion de deux passions : la musique évidemment, et notamment la musique électro, et une autre passion pour le patrimoine, l’architecture, les beaux endroits. J’ai eu cette chance étant plus jeune de voyager beaucoup avec mes parents et de visiter des lieux exceptionnels : des châteaux, des monuments historiques, des musées… J’ai toujours été sensible à cette dimension monumentale, aux espaces incroyables que ces bâtiments proposent. J’avais déjà créé des événements pour des clubs mais l’idée du Monumental Tour, c’est précisément de faire se rencontrer ces espaces exceptionnels et une musique qui peut s’y exprimer pleinement. J’aime concevoir des œuvres spécialement pensées pour ces lieux, comme une sorte de dialogue entre l’architecture et la musique. Comme chaque lieu du Monumental Tour est unique, chaque soirée est une nouvelle aventure, avec un DJ set un peu différent et un travail spécifique sur les bâtiments, avec une vraie création visuelle, du mapping, etc. D’un lieu à l’autre, la musique sonne différemment, c’est à chaque fois une réinterprétation totale.

 

 

À quoi peut-on s’attendre pour la soirée inaugurale du Monumental Tour au Phare des Baleines ?

Il y aura une très belle mise en scène à partir de ce phare emblématique du littoral atlantique. C’est une des premières fois que le Monumental Tour se produit aussi près de l’océan et cette proximité nous inspire évidemment. On jouera là-dessus, sur certains codes de l’univers marin et océanique. D’un point de vue musical, le show sera l’occasion pour moi de dévoiler de nouveaux titres que l’on retrouvera en fin d’année sur mon prochain album, et notamment le premier single, intitulé « Niteroi », ou un autre titre « Falling » que la chanteuse Coco me fait l’amitié de venir interpréter depuis le haut du phare.

Le Monumental Tour invite à chaque fois des artistes locaux à se produire lors de la soirée, c’est important pour vous ?

Oui, c’est essentiel. Vu sa thématique patrimoniale, le Monumental Tour a vocation à rayonner au niveau national mais je trouve très important qu’au-delà de la mise en valeur des monuments, la culture locale soit aussi représentée lors de nos soirées, et la musique électro en fait pleinement partie. Pour la première soirée du Monumental Tour au Phare des Baleines, c’est Teemid qui sera le « local de l’étape », puisqu’il évolue entre Royan et La Rochelle, même s’il est reconnu bien au-delà.
Le Monumental Tour reviendra-t-il chaque année sur notre territoire ?
C’est l’idée, oui, de créer chaque année une tournée originale, avec de nouveaux lieux. En 2019, la première édition « physique » nous avait emmenés à Strasbourg, à Angers et à Arras. En 2020, Covid oblige, nous avons conçu une édition digitale au Château de Vincennes. Et cette année, nous revenons sur l’île de Ré en juillet, le Mont-Saint-Michel en septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine, la Cité de l’automobile à Mulhouse en octobre, et le Château de Pierrefonds, dans l’Oise, en novembre. Et nous préparons déjà la tournée 2022. Il est donc très possible que l’on se retrouve dans un nouvel endroit de la région l’an prochain.

 

 

Merci Michaël, à bientôt sur l’île de Ré et longue vie au Monumental Tour !

Retrouvez toutes les infos sur le Monumental Tour sur son site internet, facebook, instagram.

 

Les informations relatives aux dates et formats (Live Stream avec ou sans public) seront communiquées au fur et à mesure selon l’évolution de la situation et des consignes sanitaires.

Crédits photos : Dimworks